Les petits bonheurs d’avril

Avril, nouveau mois, nouveaux bonheurs :

  1. Une journée ski : le grand air, l’espace, la nature, la glisse, un sentiment de liberté, la pleine conscience de son corps. Une météo printanière, une neige fraîche de la veille. Un moment partagé. La sensation d’assainir son corps et son esprit. Une journée de sérénité, de… bonheur !
  2. Sortir de ma zone de confort pour un plan qui s’avère foireux un chouïa pas au point, me mettant dans une situation encore plus hors de ma zone de confort. En prendre son parti et s’apercevoir que je gère plutôt bien. Et même : j’apprécie, je me sens bien. Et j’apprécie de savoir apprécier ! Un cercle vertu en fin de compte.
  3. Un jour férié ! Bien placé pour récupérer, prendre soin de soi et prolonger ce sentiment de sérénité qui m’habite depuis la veille. En ce jour dédié au chocolat, j’ai choisi de ne pas en manger, vu que je m’en régale bien trop quasiment tous les autres jours de l’année.
  4. Sentir l’herbe fraîchement coupée.
  5. Ne pas me laisser abattre par les obstacles matériels. Une envie de fondue et pas d’appareil ? Bah, coup de fourchette direct dans la casserole sur le feu ! Humm…
  6. Faire des pique-niques sur la pause déjeuner du boulot. Le printemps est là !
  7. Checker des points qui traînent depuis plusieurs semaines/mois sur ma liste de choses à faire.
  8. Etre envahie d’une grosse flemme tout le weekend mais s’être engagée auprès d’une amie. Donc sortir quand même mais sans motivation. Et finalement passer un très bon moment et rentrer pleine d’energie.
  9. Envisager le pire et constater que finalement rien n’arrive. Ma tour Jenga est toujours là. Debout et entière. Enfin avec encore un trou qui effraie tant.
  10. Les soirées lumineuses de l’heure d’été.
  11. Se surprendre de nouveau devant le constat de mains qui soignent.
  12. Observer les intenses variations du ciel. Quand celui-ci passe du bleu pastel à l’encre bleue. Quand les éclairs zèbrent la nuit. Quand le vent te force à rester à l’abri. Quand la pluie semble ne plus s’arrêter. Quand le soleil se remet à chauffer…
  13. Me faire voler mon vélo. Je m’explique. Le vélo en question était le cadeau de mes douze ans. Ce qui lui faisait (ou fait si il poursuit sa vie en meilleure compagnie) une belle vingtaine d’années. J’ai beaucoup de mal à jeter ou à me séparer des choses en général. Des cadeaux surtout. Du coup je ne savais pas trop quoi en faire. Pas envie de m’en séparer et en même temps pas franchement besoin non plus, mon mode de vie me faisant préférer le velib’. Et puis pour m’en servir il aurait fallu lui rendre un petit coup de fraîcheur (pneus, freins, graisse, éclairage). Or, je ne me sentais pas de faire ça moi-même et pas le temps/energie/motivation pour l’envoyer en atelier. Bref, suite à mon déménagement en mai dernier, mon deux-roues pesait paisait légèrement hors-service dans le local vélo de mon immeuble avec une liberté relative car dans un local à clef mais sans anti-vol car je n’avais plus la clé de ce dernier pour le positionner de façon utile. Dans un élan d’intérêt (11 mois plus tard…) j’ai donc été le voir. Mais il n’y était plus. Et bizarrement le premier sentiment perçu fut du… soulagement ! Soit la gardienne l’a jeté sans avoir mes états d’âme et a donc fait ce que je n’arrivais pas à faire, soit il a fait la joie d’un.e autre, ce qui ferait dans ce cas un peu la mienne. En s’envolant, les pensées qui m’encombraient l’esprit à son sujet se sont envolées aussi.
  14. Pédaler pour la bonne cause. 1km -> 1€ pour les enfants hospitalisés. Opération Carrefour
  15. Une session détente (bains chauds, bulles, jets, hamam, sauna) entre copines.
  16. Se lancer S’acheter des fleurs. Y’a pas de mal à se faire plaisir ! Dédicace à Zénopia.
  17. Manger des fraises les pieds nus dans l’herbe avec des lunettes de soleil.
  18. Ranger les bottes de chantier et sortir les chaussures de sécurité d’été.
  19. Commencer à ne plus avoir besoin d’utiliser le seche-cheveux.
  20. Re-Mettre shorts/jupes/robes sans collant !
  21. Découvrir un petit coin de Paradis, littéralement à mes pieds, sous mes fenêtres, sous mon nez. Se dire que, des fois, le bonheur est sous nos yeux et qu’on met étrangement beaucoup (trop) de temps en s’en rendre compte.
  22. Passer du temps avec ma mère, ma soeur et ma nièce.
  23. Aller à la plage.
  24. Faire quelques heures de télétravail pour pouvoir partir bien plus tôt en mini-vacances.
  25. Jouir de ces mini-vacances. La mer, le soleil, les palmiers, la famille, les petits bonheurs simples.
  26. M’émerveiller devant la capacité d’un petit bout d’à peine 2 ans à vivre l’instant présent, à vivre ses émotions intensément.
  27. Me créer de nouveaux beaux souvenirs.
  28. Me sentir utile en aidant mes proches.
  29. Me découvrir une nouvelle envie, un nouveau centre d’intérêt. Un peu étrange, peu cartésien. Même si je ne suis pas sûre d’assumer encore pleinement.
  30. Ré-ouvrir la saison des glaces. Celles qui se dégustent…

Et vous, vos petits bonheurs d’avril ?

Publicités

4 réflexions sur “Les petits bonheurs d’avril

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s