Baby Clash

Breaking rope. Isolated over white.
Breaking rope. Isolated over white.

Que je le veuille ou non à 30 (et plus maintenant) on vit entouré d’enfants. Parfois (souvent) les siens mais dans mon cas uniquement ceux des autres. Ceux des amis, ceux de la famille. Si on veut continuer à voir les adultes qui nous sont chers il faut se résigner à accepter de côtoyer leur progéniture. Je ne cache à personne que les enfants ne sont pas ma tasse de thé, même si, bizarrement, eux-même bien. J’ai envie de dire que c’est comme pour les chiens mais déjà que je dois en choquer certains à dire que je n’aime pas les enfants, si en plus je les compare à des animaux de compagnie je me risque au lynchage…

Bref, tout ça pour dire que dans l’ensemble, ça se passe pas trop mal, je prends un peu sur moi et me contente de faire des apéros sans grignotage. Pas parce que je me suis mise au régime mais parce que, soit les gâteaux et autres saucissons disparaissent avant même qu’on ait trinqué, soit parce que les petits morveux (au sens littéral du terme) mettent indifféremment leurs doigts dans la nourriture après les avoir laissés traîner dans leur nez, leur couche, par terre et autres endroits peu hygiéniques. Je me concentre donc sur les parents tout en essayant d’ignorer les sources de nuisances avoisinantes.

Mais devenir parents ça te change quand même une personne. C’est normal et je le comprends tout à fait, vu que leur temps et leur énergie sont consacrés en grande majorité à leurs enfants. Alors forcément les discussions changent aussi et tournent assez souvent autour de se grand chambardement. Parler avec les parents de leur (nouveau) statut ne me gêne absolument pas (même si évidement je suis partante pour n’importe quel autre sujet). Cela fait partie d’eux maintenant. Lorsqu’on échange sur leur ressentit, leur émotions, leurs contraintes ça m’intéresse car on parle d’eux. Par contre quand ils de leur enfant je fatigue plus vite. Notamment lorsqu’ils dérivent sur le contenu des couches de leur(s) enfant(s). J’avoue ne pas comprendre l’intérêt. Dans ce cas, soit j’attends stoïquement qu’on reprenne une discussion « normale », soit, si je sens que ça risque de prendre de leur ampleur, je recadre délicatement mon interlocuteur en lui faisant part de mon désintérêt du sujet. Je peux parfois y aller plus subtilement en les questionnements à propos de leurs selles à eux, ou en leur demande s’ils sont intéressés par le contenu de ma cuvette lors de mon dernier passage aux toilettes. Mais il y’a un sujet qui m’insupporte totalement et c’est : « mon enfant est parfait » ainsi que ses variantes, qui la plupart du temps sous-entendent « je suis une mère(un père) parfaite.

C’est là que nous arrivons à la problématique tu jour : le baby clash. Ce terme est souvent utilisé pour évoquer la séparation du couple parental suite aux désaccords profonds que révèlent l’arrivée d’un bébé. Pourtant, aujourd’hui, bien que toujours sans enfants, je sens que je vais subir un baby clash. Un baby clash amical. Pas dans le sens où « on ne reste pas en couple mais on reste ami » mais dans le sens « notre amitié à clasher ». Suis-je la seule victime de ce phénomène ? Pour faire court : je ne supporte quasiment plus celle que je considérais comme une très bonne amie. Nous nous connaissons depuis plusieurs années et avions beaucoup de points communs notamment sur des grandes idées ayant trait au féminisme : l’indépendance de la femme, la lutte contre les stéréotype genrés etc… Puis un jour, bébé 1 s’est fait sentir.

Ma copine était pleine de principes et de bonne volonté pour élever son enfant selon ses convictions. Ce qui en soit me convenait bien puisque nous étions sur la même longueur d’ondes sur beaucoup de sujet. Elle m’avait d’ailleurs chargée de la remettre dans le droit chemin si elle en déviait car elle savait qu’avec ma franchise habituelle et nos idées raccords je pourrais relevé le défi sans trop de peine. Il se trouve que bébé 1 fut une fille. Et contre toute attente, les principes de la maman se sont très vite envolés. Selon ma « mission » j’ai bien tenté de lui rappeler ses idées d’avant mais j’ai été fraîchement accueillie. J’avoue avoir alors assez vite laissé tomber. C’était sa fille, elle l’élevait comme bon lui semblait. Bébé 1 a donc grandi dans un monde de rose, de paillettes et de princesses qui m’a souvent piquer les yeux… Plus que l’éducation « clichée » d’une petite fille, c’est le retournement de convictions de mon amie qui m’a le plus déstabiliser. Le temps passant, sa fille a grandi et les manières de non-éducation de sa mère ont commencé à me mettre mal à l’aise lorsque nous sortions ensemble.

Pour exemple, quand nous allions boire un thé, la petite courait partout entre les tables, quitte à faire trébucher le serveur ou à gêner les autres clients en les cognant un coup le bras, un coup le dos. Nous recevions en échange des regards bien noirs qui nous retournait un regard bien noir (mérité) sans oser en dire plus. Mais d’après mon amie c’est parce que sa fille était surdouée, donc un peu hyperactive. Ce n’était pas sa faute (comprendre ni la faute de la mère, ni la faute de la fille), alors qu’elle ne lui avait pas une seule fois demandé de s’asseoir, de rester sage ou de ne pas gêner les gens. J’ai fini par écourter notre rendez-vous et trouver des excuses pour ne pas avoir à renouveler l’épreuve. Même les plus simples ballades ont fini par devenir difficiles car sa fille tape dans tout ce qui bouge, ou pas d’ailleurs, (canette, vélo, voiture) mais c’est normal : elle apprend à se défendre et elle travaille sa coordination (!!!). Bref quoique sa fille fasse, c’était bien. Sa fille était la plus belle, la plus éveillée, la plus intelligente, la plus forte…  J’ai donc peu à peu espacé nos rencontres, privilégiant les sorties où sa fille ne pouvait être là (en soirée, jour d’école).

Sur ce, bébé 2 a fait son apparition. Un garçon cette fois. Et ce fut pire. Elle venait de pondre la 7ème merveille du monde. Elle ne parlait plus que de lui (et un peu de sa fille quand même). Ses enfants étaient les meilleurs sur tous les points ! Qu’elle me le dise à moi passe encore, mais qu’elle tienne le même discours devant d’autres amies qui ont des enfants du même age, je trouvais ça déplacer (et souvent injustifiée…). Elle n’hésite pas à comparer les enfants entre eux. Toujours en faveur des siens évidement. Et que je te donne un ordre un conseil par ci et un autre par là. Si j’écris aujourd’hui, c’est que nous nous sommes vues hier soir. Pour mon anniversaire. Quel cadeau ! Elle a monopolisé la parole pour déverser les exploits de ses enfants. J’ai pris sur moi car nous étions chez une amie commune et que l’intention d’origine était de me faire plaisir. Mais j’ai été heureuse de rentrer. Je crois que je suis arrivée à saturation.

Je crois que notre amitié vient de subir un baby-clash.

Suivez-moi sur Hellocoton

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

5 réflexions sur “Baby Clash

  1. Non je te rassure : tu n’es pas seule à ressentir ça ! Moi ce qui m’agace au plus haut point, c’est les discours du genre « nan mais toi t’as pas encore d’enfants, tu peux pas comprendre » / « nan mais attends, moi j’ai des enfants, j’ai pas le temps pour ce genre de choses » ! Et là, juste : aaaaaaaaaah !! Et pour la mère parfaite persuadée qu’elle fait tout miux que toutes les autres, mais OMG, achevez moi si un jour je deviens comme ça !!

    J'aime

  2. waaah pfff ta pote est tout ce qui m’insupporte chez les mamans. Alors pardon mais j’ai un peu tendance à penser qu’elle devait déjà etre un peu insupportable avant non ? Je m’explique : globalement mes amies nouvellement mamans ont changé depuis l’arrivée de bébé c’est clair, mais elles ont qd meme gardées leurs qualités. Elles ne sont pas devenues hyper agaçantes à parler uniquement de leur gosse, dire qu’il est surdoué… Meme si on n’a plus la meme vie, ce qui est normal, on peut encore parler de nos trucs à nous et c’est chouette.
    (ha si qd meme j’ai une copine qui a tourné comme ça, mais en fait c’était la femme d’un ami et à vrai dire, je ne l’aimais pas trop, donc au final bon débarras…)
    Par contre je retrouve effectivement ce que tu décris chez les potes de mon frère, ce qui l’agace lui aussi d’ailleurs. Ces femmes (qui ne sont pas mes amies à moi) représentent exactement tout ce qui me saoule : yen a que pour leurs gosses, ils passent leur temps à les comparer, à en parler, à s’extasier devant eux, toute leur vie tourne autour. Avec ma chérie qd on les voit, ça va 2 heures mais après on est contentes de rentrer chez nous ! Leurs gosses nous gavent pour la plupart !
    Désolée pour toi mais…. change de pote ! 😉

    J'aime

    1. Oui, moi aussi je suis désolée pour moi 😉 Je te confirme qu’en devenant maman, mes amies ont toutes évoluées, ce qui me semble normal. Pour autant je retrouve les personnes qu’elles étaient avant et je les apprécie toujours. Il n’y en qu’une (heureusement) qui a subit un radical changement de personnalité… Et pas dans le bon sens. Peut-être que l’effet bébé à été un révélateur pourtant je pensais bien la connaître. Je ne vais pas changer tous mes ami(e)s mais elle fait partie de ceux que je risque de rayer de ma liste en effet.

      Aimé par 1 personne

  3. Moi promis je t’en voudrais pas si tu me le fais remarquer car je te le demande!!!!!
    Si je deviens comme ça : achève moi! Et si je fais de la résistance montre moi ce commentaire :-p
    J’ai tellement peur que mon fils devienne une « plaie pour la société » (joli phrase de mon beaux père à propos de son premier petit fils… ) que si un jour le fait de me voir te fais dire : « ho non il va y avoir son gosse relou avec elle » aide moi à me sortir de cette situation avant qu’il soit trop tard et que mon fils mal élevé devienne un adolescent impossible a gérer!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s